Ville d'Agen

Littérature Occitane de l'Agenais

Quelques repères

Guilhèm Sallusta deu Bartàs (1544-1590)

Guillaume Salluste du Bartàs de Nérac

Il connut à son époque une gloire européenne avec intitulé « Première Semaine » dans lequel il décrit par le détail la création du monde. L’écrivain allemand Goethe considérait le Néracais comme un des plus grands poètes qui soient.

Dans un poème trilingue écrit pour accueillir Marguerite de Navarre en visite à Nérac, il donne la primauté au gascon sur le latin et le français.

Pèire Chambon de Gotz (1535- ????)

Pierre Chambon de Gotz

Né en Agenais, il fut secrétaire de Marguerite de Navarre.

Il était en relation étroite avec un écrivain occitan de l’Albigeois Auger Gaillard.

Ses écrits sont la preuve d’une vie littéraire occitane intense autour de la cour de Nérac au 16ème siècle.

Francés Corteta de Pradas (1586-1667)

François Cortète de Prades

Il fut reçu habitant d’Agen en 1619. Le fait d’avoir eu une longue carrière militaire assez mouvementée ne lui fit jamais oublier l’occitan la langue de son pays.

Il écrivit une œuvre abondante parmi laquelle « Las lermos escampados sur lou bord del grabè d’Agen ». « Miramoundo » et « Ramounet » 2 comédies pastorales et « Sancho Panso » une comédie en 5 actes. Son œuvre ne fut connue qu’après sa mort lorsque ses fils décidèrent de la publier.

Guilhem Delprat (seconde moitié du 17ème siècle)

Guillaume Delprat

Il est d’Agen. C’est un intellectuel qui enseignait au collège des Jésuites de la ville.

« Las bucoulicos de Birgilo tournados en bers agenéz » est une adaptation plutôt qu’une traduction occitane des bucoliques de Virgile. Elle est d’excellente facture et des plus élégantes.

Arnaud Daubassa (1660-1720)

Arnaud Daubasse

Bien que né à Moissac il passa une grande partie de sa vie à Villeneuve d’Agenais devenue depuis Villeneuve sur Lot. Il y exerça les métiers de maitre peignier en corne et de cabaretier.

Il y mourut en 1720.

Bien qu’il n’ait jamais su lire ni écrire son œuvre se compose d’improvisations satiriques, de poèmes d’inspiration morale et religieuse et des Noëls.

Il a la volonté têtue d’être heureux dans un monde qui étouffe d’injustices.

Jacme Boèr dit Jansemin (1798-1864)

Jacques Boé dit Jasmin  

Comme on dirait aujourd’hui, Jasmin est issu d’un milieu social très défavorisé. Sa culture profonde est d’essence populaire et occitane. Quand il n’était pas à son salon de coiffure (sur l’actuelle place Jasmin) c’est qu’il était en voyage pour des récitations poétiques partout en terre occitane et parfois au-delà.

Son activité inlassable est d’abord au service des plus pauvres. Il ne gardait rien des sommes qu’il collectait pour des œuvres charitables. L’autre cheval de bataille de Jansemin/Jasmin était le souci de la dignité et de l’avenir de la langue occitane.

« Las Papilhòtas » est le titre général de l’ensemble de son œuvre.

  Vie de Jacques Boé dit Jasmin

  • 1798 – 6 mars naissance de Jacques Boé à Agen
  • 1814-1816 – apprentissage chez JB Theulet, coiffeur
  • 1818 – 1er avril, Jasmin épouse Marie Barrère
  • 1819 – naissance de son fils Edouard, devient coiffeur sur le Gravier
  • 1822 « Me cal mouri (Il me faut mourir) » romance
  • 1825 « Lo Chalivari » (Le Charivari ) poème burlesque
  • 1830 « Mos sovenirs » (Mes souvenirs )
  • 1832 Charles Nodier découvre Jasmin à Agen
  • 1835 « L’avugla de Castèl-Culhièr ( L’aveugle de Castelculier)
    1ère édition des «Papilhòtas » (Papillotes)
  • 1837 Lettre à Sylvain Dumon
  • 1838 « Françoneta (Françounette) »
  • 1842 Voyage à Paris, réception à la Cour et par Lamartine
  • 1844 concert de Liszt à Agen
  • 1853    Deuxième voyage à Paris.. Réception à la Cour. Prix de l’Académie
  • 1855 Article de Sainte-Beuve sur Jasmin
  • 1856 Jasmin reçoit la “Couronne du berceau”
  • 1864 – 5 octobre mort de Jasmin
  • 1870   Inauguration de la statue de Jasmin à Agen
  • Frédéric Mistral venu pour l’inauguration récite sa fameuse ode à Jasmin

La fameuse lettre de Jasmin à son ami Sylvain Dumon est un véritable morceau d’anthologie.

La voci en version bilingue dans son intégralité. La version occitane est en graphie moderne et non dans sa graphie d’époque.

Téléchargez la lettre 

Joan-Francés Bladèr (1827-1900)

Jean-François Bladé

Né à Lectoure. Avocat puis notaire il s’installe à Agen après son mariage. Son temps libre, il le consacra à rechercher et à répertorier l’expression populaire occitane de son époque. Il doit être considéré à juste titre comme le Grimm ou l’Andersen de la Gascogne.

En 1874 il publie « Contes populaires recueillis en Agenais » suivis

En 1879 et 1881 de « Proverbes populaires de l’Armagnac et de l’Agenais » sous l’égide de la Société d’Agriculture Sciences et Arts d’Agen.

TozyAntòni Tozy (1852-1911)

« Fablas Putsadas a la Hont »

Téléchargez la présentation de l'ouvrage


 

Grenier (1850- ????)

C’était un poète paysan originaire d’Hautefage la Tour. Il avait la volonté opiniâtre de raconter son existence dans sa langue. Son seul livre est « Mas serados empenados dambe toutos la suitos en bers patois e frances per Grenier, proprietari a Blancho, comuno de Bilonèbo sur Lot ».

Victor Delbergé (1858-1920)

Mescladís (1930)

Aristide Salèras (1875-1949)

Aristide Salères

Il est né et mort à Laroque-Timbaut. Il fut l’ami intime du poète Paul Froment et son frère en littérature occitane. Il était propriétaire meunier et fut Président de la Chambre d’Agriculture de Lot et Garonne. En 1898 il publia « Brenquetas e Boissons » puis en 1946 « Mon carton de mestura » document sur la vie rurale. 

Gaston La Vernha (1871-1945)

Gaston Lavergne

Né à Colayrac St Cirq. Il fut instituteur en Lot et Garonne avant d’aller faire carrière en Algérie. L’éloignement du pays ne lui fit jamais oublier la langue de celui-ci.

En 1923 « Noço Blanco » lui valut le Jasmin d’Argent.

Paul Froment (1875-1898)

Paul Froment, né le 17 janvier 1875 à Floressas (Lot) et mort prématurément le 10 juin 1898 aux Roches-de-Condrieu (Rhône), est un poète occitan de condition sociale très modeste (valet de ferme).

Depuis 1972, le prix Paul-Froment, créé par l'Escòla occitana d'estiu à Penne-d'Agenais, récompense des auteurs occitans.

A Travèrs Regas

Aristides Salèras (1875-1949)

Branquetas e boissons

Emmanuel Delbousquet (1874-1909)

Capvath la lana (1924)

André Labat (1884-1971)

Au vent qui passa (1960)

Franc Louis Depoutot (1912- )

Né au Passage d’Agen d’un père lorrain et d’une mère gasconne. Il fut 13 ans instituteur en Ile de France. Il a toujours été fidèle à son ancrage agenais et à la langue qui l’accompagne.

Il obtint le Jasmin d’Argent en 1948, 1958 et 1964.

Andriu Mateu (1930- )

André Mateu

Ancien vicaire Général du Diocèse. Il a composé entre autre un Missel occitan et « las revòltas popularas agenesas »

Renat Bissièras

René Bissières

Fils de paysan, il fut élève de l’ENS et Docteur d’Etat en philosophie. Il pensait et priait en langue occitane. En 1972 Il publia un essai « Nòstra anma, per que far ? » dans lequel il démontrait que contrairement à ce que pense l’académicien agenais Michel Serres, l’occitan demeure capable de parler de  recherche fondamentale.  

Cristian Rapin (1931- )

Christian Rapin

Né en 1931, à Clamart en Ile de France de parents originaires de Tonneins. Enseignant, il est aussi journaliste, poète, romancier, dialoguiste et lexicographe.

Auteur de « Novas Agenesas » « Lo Libre de M’Orgèn » « Ego Nominor Leo » et d’un dictionnaire Français-occitan en 7 volumes qui permet à celles et ceux qui veulent se réapproprier l’occitan de le faire dans d’excellentes conditions.

Joan Rigosta

Jean Rigouste

Il a été professeur de lettres classiques et d’occitan au Lycée Bernard Palissy d’Agen et aussi l’un des trois fondateurs (avec Cristian Rapin et Marcèu Esquieu) de l’Ecole Occitane d’Eté en 1973.

Auteur d’une méthode d’apprentissage de la langue « Parli occitan » et de poèmes pour la plupart non édités.

Marcèu Esquieu (1931-2015)

Marceau Esquieu
Esquieu

Il a multiplié les actions éditoriales, remettant au gout du jour les auteurs occitans du Lot-et-Garonne comme Arnaud Daubasse, Jasmin, Paul Froment et d'autres.

Son œuvre personnelle est composée de nouvelles, récits, souvenirs, théâtre, poésie

L'œuvre de Marceau Esquieu tient aussi à l'oralité : avec Thérèse Duverger, il réalise des tournées dans les écoles et dans de nombreux lieux bien au-delà de sa région d'origine. Il a réalisé plusieurs CD Contes de las Doas Bocas, Contes à deux voix et Nuèit contarèla, la Nuit aux Contes.

L’agram forcut

Jean-Pierre Tardif

Poète et écrivain né en 1954 à Lacaussade, dans le Haut-Agenais.

La memòria inestorribla

Jean Monlac (1923- )

Poète occitan et paysan de Saint Nicolas de la Balerme

Al vent de la prada (Jasmin d’argent en 1994)

Gèli Grande (1953 - )

Pied-noir de Tunisie, il s’est parfaitement adapté à la langue et la culture occitane.

Diari

Bibliographie

Agenais Occitan 1050-1978 édité par l’Escòla Occitana d’Estiu

Dictionnaire de l’Agenais et de Lot-et-Garonne

Poster un commentaire



  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • YouTubeYouTube
  • FlickrFlickr
  • NetvibesNetvibes
  • Flux RSSFlux RSS
  • E-mailNewsletters

Services &
démarches en ligne

Je suis :

Vidéos

Elles & SportsElles & Sports

Plus de vidéos

Photos

  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017

Plus de photos