Ville d'Agen

Culture Les dernières actualités Flux Culture

Moment Albanais

Vidéo : retour en images sur cet événement culturel qui s'est déroulé à Agen du 17 au 21 octobre 2017...

Lire la suite

titre

Agen, Une Histoire de Garonne

Visionnez le film dans son intégralité.

Lire la suite

titre

Voir toutes les actualités

Le retour de la Marseillaise

Soutenez le projet de reconstruction de la statue de la Marseillaise dans le square du Pin.

La Marseillaise

Fondation du patrimoineLa ville d’Agen, en partenariat avec la Fondation du Patrimoine, lance un appel aux dons pour la restitution de la statue de la Marseillaise.

Faites un don :

FONDATION DU PATRIMOINE AQUITAINE
7 rue Fénelon 33 000 Bordeaux.
Tel : 05 57 300 800
aquitaine[arobase]fondation-patrimoine.org

Un reçu fiscal sera adressé au nom de l’émetteur et envoyé à l’adresse figurant sur le chèque.

Dernières nouvelles

14/11/2017

27/09/2017

Un mouleur fondeur a été choisi via un marché public. Il s’agit de la Fonderie des Cyclopes à Mérignac.

La fonderie intervient en ce moment à Riom pour le moulage de la statue. Les travaux vont durer une quinzaine de jours.

Statue de la MarseillaiseContexte historique

Initialement commandée par l’Etat au sculpteur Ernest Dagonet (1856- 1926) pour orner les jardins du Luxembourg, La Marseillaise a été attribuée à la ville d’Agen, grâce à l’appui de Joseph Chaumié, en 1903 et installée dans le square du XIV Juillet.

Cette statue a été incontestablement la plus belle des statues de bronze qu’ait eu la ville d’Agen. Elle représente une jeune femme en mouvement qui entonne avec son tambour le chant patriotique.

Malheureusement, les Agenais n’ont pas eu l’occasion de l’admirer bien longtemps… Conformément à une loi de Vichy ordonnant la dépose des monuments publics pour en récupérer le métal, elle est démantelée, expédiée et fondue en Allemagne en 1942.

Nature des travaux, à quoi va servir le financement ?

En 2007 est cependant attestée l’existence d’un second exemplaire qui, non seulement échappa à la guerre, mais orne toujours un jardin de Riom dans le Puy-de-Dôme. Le projet est donc de réaliser, à partir de cet exemplaire, une nouvelle statue en bronze de La Marseillaise et de la replacer, à Agen, dans son square d’origine.

Impact sur le territoire

La ville d’Agen souhaite mobiliser en tant que citoyen l’ensemble des Agenais, Lot-et-garonnais, voir au-delà, via une souscription publique sur cette réalisation et autour des valeurs qui en découlent.

L’inauguration de cette statue est prévue le 14 juillet 2018 autour d’un programme d’animations conçu par les associations de conseils de quartiers sous l’impulsion de M. Cortinovis président du Quartier n° 4 et de M. Koscielniak, historien, et en lien avec les habitants et les écoles d’Agen.

Une souscription avec la Fondation du Patrimoine, comment ça marche ?

Un accompagnement :

Depuis 1999, la souscription faisant appel au mécénat populaire est le mode d’action privilégié de la Fondation du Patrimoine pour aider les porteurs de projets publics à financer la sauvegarde et la valorisation de leur patrimoine.

Elle reverse ensuite l’ensemble des dons au maître d’ouvrage à la fin des travaux moins les frais de gestion (6% de la somme collectée).

Des réductions d'impôts :

Pour les particuliers :

  • De l’impôt sur le revenu des personnes physiques à hauteur de 66% du don et dans la limite globale de 20% du revenu imposable.
    Exemple : un don de 100 € = 66 € d’économie d’impôt.
  • De l’impôt de solidarité sur la fortune à hauteur de 75% du don et dans la limite de 50 000€ (cette limite est atteinte lorsque le don est de 66 666 €).
    Exemple: Un don de 100 € = 75 € d’économie d’impôts

Pour les entreprises :

  • De l’impôt sur les sociétés, à hauteur de 60% du don, dans la limite de 5‰ du chiffre d’affaires HT.
    Exemple: un don de 500 € = 300 € d’économie d’impôts.

Animations prévues du 2nd semestre 2017 au 14 juillet 2018

 - A partir de septembre 2017 :

  • Lancement du Concours de dessin  avec l’Ecole Paul. Les dessins sélectionnés feront l’objet d’une exposition dans plusieurs lieux à partir de janvier 2018
  • Collège Ducos du Hauron : Ecriture de Nouvelles sur le thème de la Marseillaise et travail autour du chant de la Marseillaise avec une classe de 4ème

- Décembre 2017 :

  • Aux Montreurs d’Images : vendredi 15 décembre 18 h 15 : Projection du film de Jean Renoir La Marseillaise (durée 2 h 10)

- Février 2018

  • Aux Montreurs d’Images : Exposition Photos  sur l’histoire du quartier du Pin

- Samedi 3 mars 2018 au Théâtre Ducourneau, trois conférences sur une après-midi (à partir de 14h30) :

« Quand et comment le chef-lieu du Lot-et-Garonne a-t-il basculé à la République ? » par Hubert Delpont, docteur en Histoire.
La Marseillaise est évidemment symbole de République, dont le premier 14 juillet fut officiellement célébré en 1880. Mais la "républicanisation" du Lot-et-Garonne fut un long chemin préalable, parsemé d'embûches. Quelles en furent les étapes essentielles ? Dans ce mouvement, peut-on préciser le moment et les péripéties du basculement du chef-lieu en faveur de ce qui n'était encore qu'un futur régime ?

« Agen fin XIXe-début XXe siècle : les métamorphoses d’une ville » par le docteur Rémy Constans, maire de Layrac.
Sous la municipalité de Jean-Baptiste DURAND (1880 – 1889), un nouvel urbanisme change la ville. C’est d’abord la création du boulevard de la République avec un axe Jasmin–Le Pin puis la construction du boulevard Carnot, perpendiculaire, qui lui donne un aspect cruciforme. Bordé d’immeubles au style éclectique, Agen s’embellit.
Outre les dénominations, les nombreux ministres lot et garonnais - parmi lesquels Joseph Chaumié et Armand Fallières - souhaitent rendre la République « visible » via la statuaire (statue de la République en 1884, de la Marseillaise en 1903) mais aussi la construction d’écoles (école Jules Ferry en 1887). Le secteur du Pin est particulièrement sollicité.  Un choix qui ne doit rien au hasard…

«  Au nom de la collaboration : l’enlèvement des statues de bronze en Agenais sous le régime de Vichy » par Jean-Pierre Koscielniak, professeur d’histoire-géographie.
Officiellement pour sauver le vignoble français, officieusement pour satisfaire à la collaboration d’État, une loi du 11 octobre 1941 condamne à la fonte toutes les statues ornant les places publiques. Sur les 20 bronzes qui disparaissent alors en Lot-et-Garonne, quatre sont agenais. Ont-ils pâti de leur dimension peu ou prou républicaine ? Qui les enlève ? Pourquoi Jasmin en réchappe ? Quel fut le sort de ces « victimes silencieuses » ? Dans l’affaire des statues, la vérité est souvent ailleurs…

Fil rouge des animations : la création d’un film par la réalisatrice Karine Guiho avec interview des Agenais (installation d’un studio mobile square du Pin après les travaux à l’endroit où sera posée la Statue) sur le thème collaboration avec le Théâtre Ecole Aquitaine  avec projections publiques au Montreurs d’Images en mai/juin 2018.

-  Avril 2018 :

  • Carnaval d’Agen sur le thème de la Marseillaise (sous réserve)

Poster un commentaire



  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • YouTubeYouTube
  • FlickrFlickr
  • NetvibesNetvibes
  • Flux RSSFlux RSS
  • E-mailNewsletters

Services &
démarches en ligne

Je suis :

Vidéos

Elles & SportsElles & Sports

Plus de vidéos

Photos

  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017

Plus de photos