Ville d'Agen

La Mairie Les dernières actualités Flux La Mairie

Le Prêt à Taux Zéro de la Ville d’Agen

Futurs propriétaires du centre-ville, ce prêt est fait pour vous !

Lire la suite

titre

Octobre Rose

#OctobreRose #RubanRose25 En octobre, Agen se mobilise pour le dépistage du cancer du sein...

Lire la suite

titre

Voir toutes les actualités

Les Belles Images. Les dérivés de la photographie

  • Type du document : Discours
  • Date de publication : le 03/07/2015 à 10:48
  • Lieu : Eglise des Jacobins

Discours prononcé le 26 juin 2015 par Mme. Laurence Maïoroff, adjointe à la Culture, lors de l'inauguration de l'esposition « Les Belles Images. Les dérivés de la photographie ».

Madame la conservatrice du musée, mesdames et messieurs des représentants du FRAC Aquitaine,

Permettez-moi tout d’abord de vous demander de bien vouloir excuser Jean Dionis Du Séjour, notre Maire, retenu par des obligations ainsi que le  Président du Conseil Régional Alain Rousset, et le Président du Conseil Départemental Pierre Camani.

C'est un très grand plaisir de vous accueillir en cette belle soirée pour l'inauguration de la grande exposition estivale du Musée, toujours très attendue.

Après les tapisseries d'Aubusson que vous avez pu admirer l'été dernier, la conservatrice du musée a souhaité mettre en avant la photographie, avec la complicité du FRAC (le fonds régional d'art contemporain) d'Aquitaine.

Ce sujet nous permet de tisser des liens avec les collections du musée mais aussi avec l'histoire de la Ville et en particulier avec un personnage très important pour l'histoire de la photographie, bien connu des connaisseurs, mais sans doute un peu moins du grand public.

Il s'agit de Louis Ducos du Hauron né à Langon en 1837 et mort à Agen en 1920 (rue Lamouroux).

Louis Ducos du Hauron était physicien, mais aussi homme aux multiples talents comme l'étaient beaucoup d'hommes du 19e siècle car il était aussi peintre, pianiste et inventeur.

Mais ce que la postérité a retenu, c'est qu'il fut le précurseur de la photographie couleur.

Son procédé de trichromie (3 prises de vue successives avec trois filtres rouge, bleu, puis jaune) fut dévoilé le 7 mai 1869 à la Société Française de Photographie à Paris en même temps que celui du poète Charles Cros. Les deux hommes avaient inventé le même procédé et sans jamais se rencontrer ! Tout cela était dans l'air du temps. N'oublions pas que la toute première photographie au monde fut produite par Nicéphore Nièpce en 1827 avec un temps de pose de plus d'une journée !

On connaît la suite de cette belle histoire de la photo avec les frères Lumière, et l'américain Eastman, la firme Kodak qui inventa la pellicule souple. Celle-ci , malgré la révolution numérique, reste encore d'actualité pour certains amateurs et professionnels.


Je ne reviendrai pas sur les grandes inventions et les techniques qui ont émaillé l'histoire de la photographie, mais j'ai plaisir à vous rappeler l'étymologie du mot.

Il vient du grec : photo qui signifie lumière, et graphein qui veut dire écrire, peindre ou graver.

La photographie est donc une "écriture de lumière" : ce mot est tout de suite évocateur du procédé, et est également empreint de poésie.

Des "écritures de lumière", vous en trouverez beaucoup dans cette exposition grâce aux généreux prêts accordés par le FRAC Aquitaine qui nous offre un beau panorama de la pratique photographique du 19e au 21e siècles, que complète le fonds ancien du musée. Ce bel ensemble permet ainsi d'appréhender les filiations, les évolutions de cet art et de ses pratiques jusqu'à nos jours.

Outre le fait qu'on y voit de très belles œuvres, cette exposition nous permet de réfléchir à la place de la photographie dans l'histoire, dans l'histoire de l'art, à ses usages et à ses représentations.

Pour comprendre les bouleversements de notre société – en partie esclave de la civilisation de l'image immédiatement disponible - il faut pouvoir apprécier d'où l'on vient.

Notre monde évolue vite ; et les représentations du monde changent tout aussi vite. Or rien n’est plus banal aujourd’hui que la photographie : c’est une forme d’image très courante dans la presse, dans la publicité, sur les réseaux sociaux, sur Internet, c’est une pratique très répandue dans la population. N'oublions pas que le fait de prendre soi-même des photographies s'est largement généralisé dans les années 1960.  Qui parmi les personnes de notre génération ne se souvient pas avec émotion de son premier appareil photo ? Et qui aujourd'hui ne possède pas avec son téléphone portable un appareil photo de qualité utilisé très fréquemment ?

Dans ce monde où une masse incalculable de photos  circule (on a calculé aujourd'hui que  plus de 350 milliards d'images ont été produites depuis l'invention de la photographie !), dans ce monde où tout est accessible d'un clic, il convient de s'interroger sur la puissance de l'image, sur son sens, sur son rôle.

En effet l’image fixe peut aussi nous apprendre à mieux voir et à mieux regarder. Et c'est ce qui au fond importe le plus. Si l'image est porteuse d'émotion et nous permet de nous ouvrir au monde, cette exposition nous aide à faire des choix, à avoir un regard critique et à ne pas nous laisser abuser par sa puissance.

Pour vous accompagner, l'équipe du musée a préparé un très riche programme d'activités, que ce soit des visites guidées, des conférences, des projections de documentaires sur la photo, ou des ateliers de pratique pour petits et grands….

Je voulais vous dire une dernière chose : profitez bien de cette exposition, faites le savoir, soyez nos ambassadeurs car ces œuvres sont rarement montrées. En effet, elles ne peuvent pas être exposées longtemps à la lumière sous peine de se dégrader. C'est aussi pourquoi elles sont ici peu éclairées.

Je remercie l'équipe du musée qui nous montre encore une fois sa capacité à monter une exposition originale et de grande qualité et bien sûr je remercie très chaleureusement le FRAC Aquitaine pour sa générosité dans les prêts de ces œuvres uniques et pour son investissement dans la préparation de l'exposition : sans lui, cette exposition n'aurait jamais pu voir le jour.

Je laisse maintenant la parole aux responsables du FRAC et je vous propose ensuite de nous retrouver autour d'un pot amical que nous avons souhaité faire en commun avec le Centre culturel d'Agen qui vient lui aussi d'inaugurer il y a une heure son salon d'art contemporain.

Poster un commentaire



  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • YouTubeYouTube
  • FlickrFlickr
  • NetvibesNetvibes
  • Flux RSSFlux RSS
  • E-mailNewsletters

Services &
démarches en ligne

Je suis :

Vidéos

Un nouveau pôle sports de combatUn nouveau pôle sports de combat

Plus de vidéos

Photos

  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017

Plus de photos