Ville d'Agen

Actualités Les dernières actualités Flux Actualités

Un nouveau local pour l’Aviron Agenais

Ce 23 septembre, les nouvelles installations du club de l'Aviron Agenais ont été inaugurées.

Lire la suite

titre

Diane Maissonnier, hommage à la championne !

Photos & discours : réception de la rameuse de l'Aviron Agenais à l'Hôtel de Ville...

Lire la suite

titre

Voir toutes les actualités

Agen : élection du maire et de ses adjoints

La mairieFlux RSS : La mairie

Vidéo : samedi 29 mars, M. Jean Dionis du Séjour a été élu maire lors de la première séance du nouveau conseil municipal.

Le conseil municipal

 

29 mars 2014 : installation du nouveau conseil municipal

Le nouveau conseil municipal d'Agen a tenu sa première séance dans la salle des Illustres de l'Hôtel de Ville samedi 29 mars 2014.

 

 

 

Jean Dionois du Séjour - Maire d'Agen

 

 

 

Premier discours de M. le maire

Discours prononcé par Jean Dionis du Séjour lors de l'installation du nouveau conseil municipal d'Agen le 29 mars 2014.

Mes chers Collègues,

Merci d’abord à Marie (Esculpavit) pour ton témoignage passionné, très émouvant. Il m’a touché.

Merci à Hélène Collet, à Emmanuel Eyssalet et à Jean-Philippe Maillos pour leur prise de parole de grande qualité et de teneur démocratique et républicaine. Je reviendrai sur nos rôles respectifs de majorité ou d’opposition municipale.

Permettez-moi, au début de cette séance d’installation, de resituer le moment que nous allons vivre ensemble dans la longue histoire d’Agen.

Ensemble nous constituons le parlement d’Agen et ceci pour 6 ans de 2014 à 2020.

Cette durée peut nous paraitre importante et, de fait, la loi est bien faite. Elle donne aux élus municipaux le temps nécessaire pour agir et mener à bien une, voire, deux générations de projets pendant leur mandat.

Mais il est sain de nous rappeler que nous ne sommes qu’un maillon d’une longue chaîne de femmes et d’hommes qui ont administré cette ville. Pendant ces 6 ans d’administration municipale, il est sain que nous nous rappelions d’où nous venons et ce que nous transmettrons aux générations futures.

Permettez-moi un bref rappel historique de notre histoire collective agenaise dont je suis passionné.

Un mot à Emmanuel EYSSALET à la lumière de notre histoire Agenaise. Agen a toujours été une ville ouverte. Il n’y a pas d’Agenais de naissance et d’Agenais de cœur. Nous sommes tous des citoyens Agenais, passionnés par leur ville, à égalité de droits et de devoirs.

La date de naissance de l’autonomie agenaise est le 2 février 1197. Ce jour-là, les 15 Consuls d’Agen vont signer avec le Roi d’Angleterre dans l’église des Jacobins la charte qui régit les limites de l’autonomie communale. Ce jour-là, la commune d’Agen est définitivement établie.

Le Moyen Age est le siècle d’or de la liberté agenaise. Jean BURIAS dans l’histoire d’Agen parle même de la petite République Agenaise. La commune est alors gérée par 12 Consuls élus pour 5 ans, ce sont eux qui élisent le Maire. Le mandat de Maire est alors très court, renouvelable tous les mois.

Tous les quartiers, déjà les quartiers, doivent être représentés au Conseil Municipal d’Agen. La commune dispose à ce moment là d’une indépendance presque absolue, c’est elle qui organise sa défense militaire, c’est elle qui gère sa justice (vols, meurtres, adultères), c’est elle qui lève librement ses recettes.

J’ai demandé à notre archiviste Laure RORHBACHER, que je salue en votre nom à tous pour la qualité de son travail, de rendre public aujourd’hui le livre juratoire des Consuls agenais appelé le « Livre des Coutumes ».

Magnifique livre écrit entre les années 1250 et 1270 qui organise dans le détail de la vie quotidienne cette petite République agenaise.

Prenez quelques minutes à l’issue de cette séance pour voir et feuilleter respectueusement cet ouvrage du début de notre démocratie locale et pour discuter avec notre archiviste sur ce moment très spécial de la naissance du pouvoir agenais.

A cette époque, écoutez bien, la juridiction d’Agen englobe déjà une trentaine de paroisses voisines : Bon Encontre, Foulayronnes, Madaillan, Pont du Casse, Bajamont, Boé, le Passage. Déjà l’Agglo mais uniquement sur la rive droite de Garonne, frontière alors infranchissable sauf pour les bateliers agenais implantés au Passage, déjà l’Agglomération Agenaise se dessinait dans l’organisation administrative d’Agen au Moyen Age.

Du 13ème siècle à la Révolution, et malgré les vicissitudes et la montée en puissance du pouvoir royal centralisateur, l’institution communale va perdurer même si elle perd en indépendance et en qualité démocratique.

Il faut attendre la révolution de 1789 pour que les Maires soient élus au suffrage universel direct pour 2 ans et rééligibles par les citoyens actifs de la commune c’est-à-dire les contribuables.

Le premier Maire d’Agen au sens moderne du terme, est Monsieur Marc- Antoine DELAROCHE MONBRUN, élu en 1790.

Nous sommes aujourd’hui le 46ème maillon de la chaine agenaise débutée à la Révolution.

La période moderne n’est qu’une longue marche vers l’approfondissement démocratique de la vie municipale.

C’est la 3ème République, le 5 avril 1884, qui organise le principe de l’élection du Maire et des adjoints par le Conseil municipal.

Cette loi toujours en vigueur fixe le mandat du Maire à 4 ans, cette durée est portée à 6 ans le 10 avril 1929.

Enfin, nous devons au Général de Gaulle et à son Gouvernement issu du Conseil National de la Résistance le premier vote au suffrage universel incluant des femmes le 29 avril et le 4 mai 1945.

Nous sommes donc les héritiers d’une longue tradition démocratique agenaise.

Il faut que nous en soyons fiers et en même temps profondément respectueux de celles et ceux qui ont fait cette ville mandat après mandat.

Permettez-moi notamment de rendre hommage à Paul CHOLLET, qui anime actuellement une réunion « Trisomie Aquitaine » mais qui est avec nous de tout coeur, dont je revendique d’être un de ses élèves, comme d’ailleurs Bernard LUSSET, Laurence MAIOROFF et bien d’autres, et qui a été un brillant Maire d’Agen de 1989 à 2001.

Je salue, au nom de tous, Marie-Thérèse FRANCOIS-PONCET, qui a été une des Adjointes qui ont façonné durablement le visage culturel de notre ville.

A nous aussi de nous rappeler que nous avons en charge l’avenir de cette ville et de ce territoire.

Que serait aujourd’hui Agen sans l’audace de ses Consuls de 1197 qui ont négocié pied à pied la liberté agenaise avec le Roi d’Angleterre ?

Que serait aujourd’hui Agen sans la vision de nos prédécesseurs ? Radicaux de la IIIème République et notamment Jean Baptiste DURAND qui a osé percer la ville d’Est en Ouest, du Nord au Sud, pour faire le Boulevard de la République et le Boulevard Carnot, la faisant ainsi respirer et entrer dans l’ère moderne.

Que serait aujourd’hui Agen sans l’audace de la génération 2008 – 2014 qui a osé enfin, faire l’Agglomération d’Agen, l’unité agenaise, rive droite et rive gauche, franchissant ainsi en un pas de géant la frontière séculaire, que fut Garonne ?

A nous d’avoir cette histoire bien en tête lorsque nous serons en face de décisions d’avenir forcément difficiles, forcément conflictuelles, exigeant à la fois courage et audace.

Après ce passage et cet ancrage dans la longue durée, je veux maintenant revenir à notre quotidien à notre mandat, celui de 2014 à 2020.

Je salue chacune et chacun d’entre vous de l’assistance et notamment les personnalités civiles et religieuses qui constituent les corps intermédiaires de notre ville et qui nous font l’honneur de leur présence en cette séance d’installation.

J’envoie un clin d’œil virtuel à tous les internautes qui suivent sur le web l’installation du 46ème Conseil Municipal d’Agen.

Je salue également mes coéquipiers d’Agen-Même qui viennent de m’élire et, ce faisant, clôturent la belle aventure humaine qu’a été notre campagne électorale victorieuse. Cette campagne permet de faire émerger une nouvelle équipe d’Agen qui pendant six années sera au service des agenais.

En tant que capitaine sélectionneur de cette équipe, permettez-moi de vous rappeler les principes qui ont présidé à sa composition :

 

 

  • D’abord trouver le bon équilibre entre les anciens et les nouveaux pour bénéficier de l’expérience des uns et du regard neuf des autres.
  • Ensuite, faire une place à toutes les générations d’agenais et plus particulièrement à nos jeunes pour alimenter notre réflexion et faire preuve d’audace dans nos décisions.
  • Enfin, j’ai voulu intégrer dans cette nouvelle équipe d’Agen des femmes et des hommes ayant démontré, dans leur parcours professionnel, de réelles capacités de gestion.

Permettez-moi de vous les présenter :
Clémence Robert, Pierre Chollet, Marie-Claude Iachemet, Mohamed Fellah, Laurence Maïoroff, Jean Pinasseau, Nadège Lauzzana, Thierry Hermerel, Maïté François, Bernard Lusset, Muriel Boulmier, Gautier Guignard, Sophie Grolleau, Frédéric Péchavy, Baya Kherkhach, Alain Dupeyron, Anne Galissaires, Jean-Max Llorca, Marie Esculpavit, Thomas Zamboni, Ellen Dausse, François Bonneau, Dany Castaing, Jean Dugay, Claude Florentiny, Jean-Marie N’Kollo, Carole Philipperie, Bertrand Girardi, Aurélie Chaudruc et Hugo Dassy.

J’ai aussi une pensée particulière pour tous les collègues, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, qui quittent le Conseil Municipal.

En tant que Maire nouvellement élu, je tiens à saluer les oppositions municipales :

 

 

  • les représentants de la liste Agen demain ensemble conduite par Emmanuel Eyssalet
  • les représentants de la liste Rassemblement Bleu Marine conduite par Hélène Collet
  • Jean-Philippe Maillos pour la liste Front de Gauche-Initiatives Citoyennes

En tant que Maire et responsable de la majorité, je m’engage solennellement à respecter les droits de l’opposition tels qu’ils sont prévus par nos lois et, au-delà, d’avoir pour les oppositions l’écoute nécessaire fondée sur la certitude qu’elles représentent une part importante du corps social agenais et que la voix de leurs représentants portera une partie de la vérité sur chacun des dossiers que nous aborderons.

J’ai d’ailleurs reçu hier individuellement chacun des chefs de file de l’opposition municipale en amont de ce Conseil Municipal d’installation et je m’engage à le faire régulièrement au cours de ce mandat.

Tous ensemble, nous formons, donc, le parlement agenais et les agenais attendent de leur Conseil Municipal qu’il administre sagement et décemment la Ville et qu’il ait aussi l’ambition d’améliorer la vie quotidienne de nos concitoyens.

Le sujet ici, dans cette Salle des Illustres, c’est Agen, ce sont les attentes des agenais !

Prenons garde à ne pas nous laisser enivrer par des discours sur des problématiques nationales ou européennes qui nous amèneraient vite hors sujet.

Enfin, plus généralement, je salue tous les nouveaux membres de notre Conseil Municipal et parmi eux, notamment, les plus jeunes.

Je demande à celles et ceux qui ont déjà été élus de les prendre en apprentissage et je leur demande à eux de ne pas hésiter à nous apporter leur regard neuf, et aussi, pour les plus jeunes, l’attente des jeunes générations agenaises.

Je veux leur dire aussi qu’ils pourront compter sur les femmes et les hommes de notre administration communale qui, avec compétence et dévouement, ont à cœur de faire fonctionner correctement le service public municipal.

Je n’oublie jamais que notre assemblée est issue directement du suffrage universel agenais.

Au lendemain de cette élection, mon état d’esprit est partagé entre le bonheur qu’apporte l’approbation par les agenaises et les agenais du travail municipal accompli et, la lucidité sur le fait que ce résultat est aussi la combinaison de plusieurs facteurs qui dépassent cette ville.

J’appelle la majorité à la modestie et à l’humilité. Ces élections municipales étaient des élections intermédiaires d’élections nationales qui sont toujours difficiles à négocier pour les familles politiques en responsabilité nationale.

L’expérience que j’ai maintenant engrangée en politique m’a appris qu’en ce domaine, comme en météorologie, les vents sont par nature changeants.

Reste que l’élection municipale a donné des résultats inhabituels dans l’histoire politique de cette ville.

Il n’est pas habituel à Agen qu’une liste municipale soit élue dès le 1er tour et, à plus forte raison, une liste rassemblant le centre et la droite républicaine alors que la tradition politique agenaise est radical socialiste.

Il n’est pas habituel non plus que cette même liste réalise le grand chelem sur les 23 bureaux de vote d’Agen alors que notre ville est diverse politiquement et sociologiquement. Le vote du quartier de Montanou, traditionnellement de gauche, à plus de 60% pour notre liste montre bien à lui seul le caractère exceptionnel du soutien apporté par les agenaises et les agenais à notre liste.

Les agenais ont envoyé un message clair de satisfaction du travail fait par la municipalité sortante de 2008 à 2014. C’est vrai que ce travail a été considérable et qu’il a été équitable pour chaque quartier de notre ville grâce à la qualité démocratique de l’innovation que représente la mise en place des conseils de quartier.

Les historiens locaux rendront hommage aux efforts faits pour transformer en même temps :

 

 

  • les quartiers
  • la ville centre- l’agglomération agenaise

Pendant toute cette campagne nous avons entendu un premier message qui annonçait les résultats du 23 mars : « vous avez fait bouger Agen, vous avez réveillé Agen »

Mais ce message n’était pas le seul, il était toujours accompagné d’un second message encore plus fort, encore plus symbolique : « Parole tenue »

Les agenais nous ont très majoritairement soutenu parce que nous avons respecté le contrat passé avec eux en 2008, parce que nous avons mis en œuvre l’essentiel de nos 103 engagements de la campagne 2008.

J’ai la faiblesse de penser que le chemin pour que la politique retrouve du crédit en France passe aussi par le respect de la parole donnée au moment des élections, là où se noue le contrat électoral entre le peuple souverain et ceux qui aspirent à le représenter.

En tout cas, en ce qui concerne la majorité municipale nous ne dévierons pas de cette pratique démocratique. Comme nous l’avons annoncé, j’inscrirai à l’ordre du jour du Conseil Municipal du 14 avril prochain la délibération de notre assemblée sur les 93 engagements de notre projet « Agen dans le bon sens » sur lequel nous avons fait campagne.

Dès qu’il sera approuvé par notre assemblée, il deviendra le programme officiel de la Ville d’Agen et nous mettrons toute notre énergie à le mettre en œuvre de manière exhaustive.

Nous poursuivrons aussi la pratique instaurée en 2008 de rendre compte chaque année à chaque famille agenaise de l’avancement de la réalisation de chacun de ces 93 engagements.

Nous avons donc un cap. Mais avoir un cap ne sert à rien si l’on ne sait pas jouer avec les vents que nous imposent les évènements.

Je vous invite à une réflexion sur la période dans laquelle nous entrons :

 

 

 

  • Les perspectives économiques de la France sont durablement difficiles. La France a été sous surveillance renforcée par l’Union Européenne du fait de la fragilité de son économie et de ses finances publiques.
  • La baisse des dépenses publiques décidée par le Président de la République se traduira par une diminution de 15% des dotations aux collectivités locales sur les 3 ans qui arrivent.
  • La Ville d’Agen et le Lot et Garonne sont des terres de fragilités sociales. Notre département est classé 84ème en termes de revenu par habitant. Le taux de chômage sur Agen est de 16% ;

Dans ce contexte, nous avons décidé de ne pas augmenter les impôts locaux des familles et des entreprises agenaises au niveau de la Ville et de l’Agglomération.

Voilà les vents avec lesquels nous allons devoir jouer, avec lesquels nous devrons naviguer.

Ces vents nous imposent pour tenir nos engagements, pour atteindre notre cap, une navigation bien précise :

 

 

 

  • D’abord nous devons faire preuve de sobriété dans la gestion municipale et communautaire. Nous allons devoir nous atteler à la baisse de la dépense publique locale.
  • Nous devons ensuite mobiliser tous les leviers communaux et intercommunaux en faveur de l’emploi et du développement économique en adoptant une attitude résolument tournée vers l’entreprise, seule créatrice d’emplois.
  • Nous devons enfin adopter une gestion de mouvement dans tous les secteurs de la vie municipale, faire preuve d’audace et d’innovation, et bien sûr faire preuve de bon sens au quotidien.

Le cap est fixé, c’est le respect du contrat social passé avec les agenais. La navigation nous sera imposée par les évènements extérieurs. Je veux vous dire en ce jour d’installation du conseil d’Agen ma détermination et ma confiance. Nous amènerons ensemble Agen à bon port en 2020.

Permettez-moi de terminer ce discours d’installation par une réflexion plus personnelle sur la fonction de maire.

L’expression latine qui est à l’origine du mot français est très exactement « major inter pares », le maire n’est plus important que s’il se rappelle qu’au sein du Conseil, il est avec des pairs qui ont exactement la même légitimité que lui.

La dimension collégiale est présente dès le début de l’institution municipale et elle contrebalance la responsabilité personnelle de direction du Maire. Je respecterai pleinement et l’une et l’autre. J’assumerai mes responsabilités de chef de la majorité municipale et je serai garant de la qualité de la vie démocratique interne de cette majorité. J’assumerai enfin les responsabilités de Maire du Conseil, notamment, en ce qui concerne le respect des oppositions.

Je rappellerai patiemment, débat après débat, que la légitimité de chacune et chacun d’entre nous est égale. Nous sommes tous des élus d’Agen, cela nous impose des règles de respect mutuel sur lesquelles je veillerai et, à plus forte raison, parce que notre Conseil Municipal est pluriel avec 4 listes représentées.

Enfin, j’ai l’ambition d’incarner à la fois les exigences du maire bâtisseur et aménageur et celles du maire fédérateur et facilitateur de la vie quotidienne des agenaises et des agenais.

Ingénieur de formation et croyant passionnément à l’efficacité de l’action politique, il est exact que c’est d’abord la volonté d’aménager Agen et son Agglomération aux défis de notre époque qui a mobilisé mon énergie.

Mais, six ans de mandat, surtout lorsqu’il est plein et actif comme celui de 2008 à 2014, cela vous change un homme, cela vous change un maire.

Réunions de quartier après réunions de quartier, avec Pierre CHOLLET, nous avons compté en avoir fait 115 pendant ce mandat, rendez-vous intervention après rendez-vous intervention pour essayer de rendre service à une agenaise ou un agenais,

Le temps a fait son œuvre et m’a progressivement amené au cœur de la fonction de Maire.

Le Maire moderne est d’abord celui qui est à l’écoute des préoccupations quotidiennes de ses administrés, c’est d’abord celui qui fait vivre les gens ensemble, c’est d’abord celui qui fait qu’ils se supportent et que jamais, ou très exceptionnellement, ils basculent dans la violence.

C’est parce que nous acceptons de bien faire le travail pour les petites choses du quotidien, c’est parce que nous acceptons d’être le facilitateur de la vie quotidienne de nos concitoyens, qu’ils nous reconnaissent ensuite la légitimité pour agir sur des projets plus ambitieux, à plus long terme, auxquels bien sûr il ne faut pas renoncer parce qu’ils sont déterminants pour la qualité de vie des générations futures d’agenais.

Avant de procéder à l’élection des adjoints de la ville d’Agen, je forme le vœu solennel que le Conseil Municipal d’Agen, le 46ème du nom depuis la Révolution, soit exigeant avec lui-même.

Je forme le vœu qu’il ait la volonté à la fois d’être cette assemblée de bonne administration, honnête, décente, travailleuse et efficace réclamée par nos concitoyens et, qu’en même temps, il ait les ressources de courage et d’intelligence pour prendre les bonnes décisions et mettre en œuvre les projets qui feront la prospérité d’Agen de demain.

Vivre la démocratie agenaise, Allez AGEN… et maintenant au travail.

 

Publié le 29/03/2014 à 11:59:11

Cet article appartient au(x) dossier(s):
- Élections

Poster un commentaire



  • TwitterTwitter
  • FacebookFacebook
  • YouTubeYouTube
  • FlickrFlickr
  • NetvibesNetvibes
  • Flux RSSFlux RSS
  • E-mailNewsletters

Services &
démarches en ligne

Je suis :

Vidéos

Un nouveau pôle sports de combatUn nouveau pôle sports de combat

Plus de vidéos

Photos

  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017
  • FPA2017 le 17/10/2017
    FPA2017

Plus de photos